Interview avec chef Faiçal Zahraoui : Passion, créativité et beaucoup de talent !

interview chef faiçal zehraoui

Sans doute l’un des chefs cuisiniers les plus doués de sa génération, le chef Faiçal Zahraoui fait ses classes à l’école hôtelière de Mohammedia et empoche par la suite le diplôme de reconnaissance des arts culinaires EPCIME France. Véritable étoile montante de la gastronomie dans le royaume, il a remporté une flopée de distinctions internationales.

En 2012, il fait partie de la sélection Bocuse d’Or Afrique. En 2014, il décroche la médaille d’or au Dubaï World Hospitility Championship. En 2017, il rafle le prix de la créativité et la 1ére place au classement général du concours des pâtissiers à la 22éme Fête de la Francophonie en Chine. En 2017, il remporte le prestigieux prix Gault et Millau dans la catégorie “Jeunes Talents, les grands de demain“. Quelques mois plus tard, à Washington, il remporte le prix du jury de “DC Embassy Chef Challenge” et en 2019, il rafle un 2éme prix dans ce même concours mettant en compétition des chefs cuisiniers venus des quatre coins du monde.

Après avoir réalisé une très beau parcours dans l’une des plus grandes émissions de téléréalité de cuisine “Top Chef Monde Arabe”, Chef Faiçal Zahraoui est aujourd’hui à la tête du restaurant Azalai, réputé pour une excellente cuisine inventive et intuitive, expression de soi et de liberté. My Little Kech est parti à sa rencontre pour vous faire découvrir un talent hors norme.

Interview du Chef Faiçal Zahraoui :

D’où vous est venue votre passion pour la cuisine et votre volonté d’en faire votre métier ? 

Ma passion pour la cuisine s’est éveillée très jeune. J’ai eu la chance de grandir dans une famille où la cuisine tenait une place importante, avec une maman très douée en cuisine. C’était un chef pour moi ! J’ai ainsi pu développer mon palais très jeune, en découvrant des produits locaux de qualité.

Vous avez beaucoup voyagé au cours de votre carrière. Parmi vos différentes expériences, quelle est celle vous a le plus appris ? 

La culture asiatique m’a marqué avec ses mélanges de saveurs et ses odeurs bien particulières. Ma curiosité m’a amené vers les pays où l’umami est le mot d’ordre. Une expérience qui a enrichie non seulement mon parcours mais aussi mon esprit. (Umami : se traduisant généralement par savoureux, est l’une des cinq saveurs de base avec le sucré, l’acide, l’amer et le salé)

Vous avez participé à Top Chef MBC qui est suivie par des millions de téléspectateurs. Que pouvez-vous nous dire sur cette expérience et que pensez-vous de l’engouement récent pour la cuisine avec les émissions tv ? 

Au-delà du show la cuisine est une discipline, ce n’est pas rien qu’il y a un chef et une brigade, L’adrénaline autour des épreuves nous amène à se poser les bonnes questions autour de ce métier. Une expérience inédite plein de belles choses, mais pour moi c’est pas ça la vraie cuisine.

Quel est l’ingrédient que vous aimez travailler le plus ? 

J’aime beaucoup travailler avec le laurier mais plus pour fumer des plats, tel qu’une viande en carpaccio. J’adore travailler la sardine, un poisson fort en goût mais avec beaucoup de caractère et c’est un vrai challenge de le travailler dans des textures différentes, Une satisfaction inégalée de faire apprécier la sardine à des personnes qui ne l’avait jamais mangé auparavant.

Quel est votre type de cuisine préféré ?

Je dirais une cuisine d’émotion et de partage, La cuisine a cette capacité inclusive à rapprocher, à faire connaître l’autre, Lorsque quelqu’un s’assoit autour d’une table pour partager un repas, une confiance mutuelle s’installe. J’ai appris à travers mon parcours qu’au-delà du fait de cuisiner pour nourrir une personne, un repas peut être le point de départ d’une nouvelle aventure, surtout  lorsqu’il s’agit d’un repas d’affaire. L’atmosphère est tout de suite détendue et les négociations se font sur de bonnes bases.

Quel est votre plat préféré et votre dessert préféré ?

Pour vous dire la vérité, j’aime presque tout mais j’ai un grand coup de cœur pour quelques ingrédients comme IIan (le millet ) au-delà de ses vertus thérapeutique, illane a bien plus à offrir qu’être réduit à une soupe. Il a toutes les qualités pour être sexy et séduire, aussi bien les petits que les grands.

Quand j’ai découvert que le Maroc était parmi les premiers pays exportateurs de caroube dans le monde, je me suis dit qu’il faut vraiment creuser pour le mettre en avant et ne pas le réduire au second rang d’épaississant alimentaire ou bien un élément conservateur dans la chaîne de l’industrie alimentaire. La farine du caroubier est très intéressante, son goût légèrement chocolaté a tout pour séduire sans oublier que c’est un aliment 0% gluten.

Quelles sont les qualités essentielles pour devenir un bon Chef ? 

Pour être un grand chef cuisinier, il faut plus que des compétences culinaires. La créativité est une autre qualité essentielle pour exercer cette profession. C’est notamment à travers la créativité que sont évalués les grands chefs. La réussite d’un chef cuisinier est directement liée à sa capacité à créer de nouveau plats et à la diversité de sa cuisine. Un chef est un cuisinier qui n’a pas peur de sortir de sa zone de confort et renouvelle sa carte régulièrement pour proposer de nouveaux plats aux clients. Le renouvellement de la carte permet notamment de se démarquer de la concurrence.

Si le métier de chef cuisinier représente l’aboutissement d’une carrière dans la restauration, ce n’est pas pour autant qu’un chef connaît tout et n’apprend plus rien. Au contraire, les grands chefs se distinguent à travers leur capacité à se remettre en question et à s’adapter aux évolutions de leur métier.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui débute dans la profession ?  

Le métier de Cuisine est un métier passionnant qui demande un investissement personnel très important. Les premières années sont souvent difficiles avec des tâches ingrates parfois, mais il est tellement enrichissant, il laisse libre cours à votre esprit créatif, sans oublier les belles rencontres humaines, un milieu très cosmopolite. Mais il ne faut pas perdre de vue que l’essentiel est le client, c’est un vrai métier de service.

Quel a été votre sentiment quand vous avez remporté le Prix Gaut & Millaut du meilleur jeune talent ? Ou encore le prix de créativité francophonie remporté en Chine ?

Tout d’abord, une grande fierté. Celle d’avoir fait honneur à mon pays en le représentant dignement devant des institutions internationales. De la gratitude aussi et du soulagement. Parce que j’ai réellement travaillé dur, avec acharnement parfois, pour me hisser sur les plus hautes marches et décrocher ces trophées. Ce qu’il faut voir et comprendre derrière des récompenses comme celles-ci, c’est qu’elles sont le fruit non seulement d’un travail acharné mais aussi d’un moral d’acier. On est amené à surmonter de nombreux obstacles et la persévérance, la conviction, la passion et le travail d’équipe tiennent une place essentielle dans une réussite.

Merci Chef Faiçal de nous avoir accordé cette interview et à très bientôt.