Los Angeles Times dédie sa couverture à l'Oasis Festival et son succès retentissant

Los Angeles Times Oasis Festival.

Le prestigieux journal américain Los Angeles Times a dédié la couverture de son dernier numéro au désormais incontournable Oasis Festival. Prévu du 13 au 15 septembre 2019 dans la cadre idyllique du Fellah Hotel, l’Oasis Festival a rassemblé l’année dernière plus de 5000 festivaliers venus des quatre coins du monde.

Los Angeles Times décortique les raisons du succès de l’Oasis Festival et décrit le Maroc comme une terre d’art, de culture, d’histoire et de tolérance, une passerelle vers l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient pour les voyageurs fans de musique électro. Rappelant que cette partie du monde arabe cosmopolite qui attire également de jeunes locaux, fans d’électro et désireux de montrer comment ils réinventent leur histoire. Un article avec l’interview de Marjana Jaidi, fondatrice du festival, Amine K, brillant Dj et producteur marocain ou encore le créateur de vêtements Amine Bendriouich, dans le Top 100 mondial des créateurs les plus influents selon Vogue. Ils reviennent notamment sur la scène électro marocaine ou la perception totalement erronée que les étrangers ont sur le monde arabe.

Le Maroc a longtemps été un paradis pour les artistes et les voyageurs littéraires de l’ère Beat Generation tels que Paul Bowles, William S. Burroughs et Allen Ginsberg. En 1969, Jimi Hendrix s’émerveilla devant la ville côtière d’Essaouira. Quelques semaines plus tard, il participa à l’événement historique Woodstock. Marrakech est un lieu naturel pour un festival, proche des capitales européennes mais avec une histoire millénaire.

“Les gens veulent vraiment faire avancer le Maroc, c’est un endroit tellement incroyable”, a déclaré Marjana Jaidi, fondatrice du festival. “Les Marocains sont très fidèles à leur pays et j’avais le désir de contribuer à cela.”

M.Jaidi a conçu le festival comme une adolescente vivant à New York, lorsqu’elle a compris comment les stéréotypes sur le monde islamique pouvaient déformer les esprits.

«La graine a été plantée après le 11 septembre, lorsque j’ai eu cette rencontre vraiment raciste», a déclaré M.Jaidi. «Les voyages sont une nécessité pour comprendre les cultures. Cette mission a toujours été d’inspirer les gens à voyager à travers la musique. J’espère que les gens viendront ici et… n’auront pas une perception aussi simple du monde arabe. ”

Si vous débarquez à l’Oasis Festival avec une vision étroite de ce monde, le festival l’anéanti rapidement.

Le Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden (MACAAL) a mis en place une mini-galerie avec l’exposition «Flying Over Africa», présentant des photographies, des vidéos, des peintures et des sculptures d’artistes africains contemporains. Cela s’est avéré être un refuge à la musique non-stop.

«Parfois, lorsque je dis aux Marocains que je suis un créateur de vêtements, ils me disent:” Oh, alors vous faites des caftans “, a déclaré Amine Bendriouich lors d’une table ronde consacrée à l’avenir de l’art marocain, animée par Janine Gaëlle Dieudji, directrice des expositions MACAAL.  “Mais quand quelqu’un vous voit ouvrir cette fenêtre, vous pouvez le pousser.”

Les différentes scènes du festival regorgeaient de tous les styles de musique électronique tels que le légendaire Carl Cox, Black Madonna et Derrick Carter, ainsi que d’Avalon Emerson et Octo Octa. Bien que la musique soit majoritairement internationale, des artistes marocains ont également fait étalage de leurs savoir faire, enracinés dans leurs propres traditions, mais qui pourraient être accueillis dans des clubs comme le célèbre Berghain de Berlin.

“La musique électronique a toujours été une affaire d’ouverture d’esprit, acceptant tout le monde tel qu’il est, peu importe la nationalité, l’appartenance ethnique, la religion ou l’orientation sexuelle, et le Maroc a cette culture depuis des décennies”, a déclaré le producteur et DJ marocain Amine K. « Le monde entier s’engage sur une voie conservatrice étrange et trompeuse, mais le Maroc est un carrefour pour les peuples du monde entier depuis des siècles. C’est ce que nous essayons de montrer aux étrangers, mais aussi de rappeler à notre peuple en quoi consiste vraiment notre pays et notre façon de penser.»

« Chaque festival au Maroc devrait d’abord travailler avec les habitants et attirer la foule locale », a déclaré Amine K. «J’ai vu des étrangers arriver, pensant en savoir plus que nous, ne voulant même pas avoir une foule marocaine. C’est triste et ils ne réussissent généralement pas.»

“De l’autre côté, des festivals ont plongé dans la culture marocaine et ont fusionné avec la culture occidentale, c’est un bon moyen de faire durer les choses.”

« Je connais la scène des festivals mondiaux et je savais que les gens voyageraient pour ça », a déclaré M.Jaidi. « Mais je ne savais pas si les locaux s’y intéresseraient. L’un des aspects les plus intéressants est cet échange et c’est ce qui a été si significatif.»

“Mon espoir était de sortir tout le monde de sa zone de confort.”

Pari réussit.

La 5ème édition de l’Oasis Festival aura lieu du 13 au 15 septembre 2019. Plus d’infos juste ici.